Droit à l’erreur en matière fiscale

Le droit à l’erreur est la possibilité de régulariser sa situation fiscale sans payer de pénalité, lorsqu’on a commis une inexactitude ou une omission, de bonne foi, dans une déclaration fiscale.

Le droit à l’erreur s’inscrit notamment dans le cadre de la loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance (ESSOC) qui prévoit plusieurs mesures destinées à tenter de rénover les relations entre le public et l’administration.

En quoi consiste le droit à l’erreur en matière fiscale ?

Lorsqu’un contribuable commet une erreur dans ses déclarations, l’administration fiscale risque de s’en rendre compte. Cette situation entrainera :

  • Un supplément d’imposition
  • Des majorations
  • Des intérêts de retard (2,4% par an)

Un contribuable qui régulariserait spontanément sa situation pourrait payer le supplément d’imposition correspondant mais sans plus avoir de majorations mises à sa charge, et avec des intérêts de retard réduits de moitié (soit 1,2 % au lieu de 2,4% par an).

À quoi s’applique le droit à l’erreur fiscal ?

Le droit à l’erreur s’applique aux inexactitudes ou omissions commises de bonne foi dans les déclarations souscrites dans les délais.

Le droit à l’erreur ne s’applique pas dans les cas suivants :

  • Dépôt tardif d’une déclaration ;
  • Paiement en retard de l’impôt ;
  • Erreurs ou inexactitudes commises délibérément.

Quand régulariser en invoquant le droit à l’erreur fiscal ?

Vous pouvez en principe régulariser votre situation à tout moment.

Attention toutefois à respecter les délais ! Ainsi, la déclaration rectificative doit être déposée avant l’expiration du délai de reprise (par exemple, en matière d’impôt sur le revenu, la rectification n’est possible que pendant 3 ans).

Vous pouvez également en principe régulariser lorsque vous faites l’objet d’un contrôle fiscal.

En effet, la procédure de régularisation, prévue à l’article L62 du livre de procédures fiscales, est étendue à tous les contrôles, et aux demandes d’informations et d’éclaircissements.

Si vous régularisez votre situation après l’engagement d’un contrôle, l’intérêt de retard sera réduit de 30 %, au lieu des 50 % en cas de régularisation spontanée.

Comment régulariser en invoquant le droit à l’erreur fiscal ?

Vous pouvez régulariser votre situation en adressant une déclaration rectificative au service des impôts dont vous relevez.

Le droit à l’erreur est une avancée notoire dans les relations entre l’administration fiscale et les contribuables. 

Cela montre une certaine ouverture de l’administration et une ouverture au dialogue qui n’était jusqu’alors pas à l’ordre du jour.

Si vous souhaitez régulariser une situation fiscale, n’hésitez pas à contacter le cabinet en cas de doute sur la possibilité d’en bénéficier.

Cabinet REILLAC Avocat

Adresse : 1 bis boulevard Edgar QUINET – 75014 PARIS

Téléphone : +33 1 84 25 70 99

Email : areillac@reillac-avocat.fr

Nos autres publications
Contrôle fiscal – Examen contradictoire de situation fiscale personnelle (ESFP)

L’Examen contradictoire de situation fiscale personnelle (ESFP) est la procédure de contrôle fiscale des particuliers la plus approfondie et la Read more

Contrôle fiscal – Les différents services

Vous faites l’objet l’objet d’un contrôle fiscal ?  Vous venez de recevoir un avis de contrôle ou une proposition de rectification Read more